Fév 22 – Fév 27 Jour entier
0 h 00 min
Comment se présenter à un directeur – trice de casting ? À un réalisateur – trice? Devant une caméra ? Comment préparer et réussir son casting ? Comment apprivoiser une caméra pour en faire sa[...]
Fév 27 – Fév 28 Jour entier
0 h 00 min
Les rendez-vous du théâtre amateur Dirigé par Marie Murcia Les rendez-vous du théâtre amateur visent à réunir dans un projet commun des troupes et des comédiens amateurs de Corse afin de mieux se connaître, d’échanger[...]
Mar 5 @ 15 h 00 min – Mar 7 @ 18 h 00 min
15 h 00 min
Donner à nos ressentis un corps dansant. Pour cela je vous propose une danse d’exploration et de créativité portée par nos impulsions, la redécouverte de notre architecture corporelle, l’expérimentation de nos flux énergétiques et la[...]
Mar 22 – Mar 27 Jour entier
0 h 00 min
Apport des techniques des arts dramatiques dans l’accompagnement des personnes Pour une philosophie de l’attention La formation par le souffle et son application à l’art dramatique nous apprend « l’attentionnement » à l’autre. C’est une[...]

Atelier 2014 : Nô et Kyögen

par | 10 Avr,2014

Sous la direction de Grégoire Ingold

Textes du répertoire classique du XV et XVIème siècle
Kwan’ami ; Zéami
3 pièces choisies dans le recueil « Neuf Nô Japonais »
Traductions et adaptations de Paul Arnold et Yoshio Fukui
Édition Librairie Théâtrale

Sortir des théâtres, sortir des villes, pour se réunir ici au cœur de la vallée du Giussani, en plein soleil, en plein vent, en plein ciel.
Cette échappée belle est aussi une aspiration à sortir du théâtre tel que nous le connaissons, tel que nous le pratiquons. Ici, au paradis, rien ne va plus de soi, il nous faut tout reprendre à zéro, tout réinventer, à neuf.
J’ai apporté quelques textes très anciens, composés par des acteurs qui pratiquaient un art dont tous les codes nous échappent.

Ce qui est tout aussi vrai d’une pièce de Jean Racine dont on ne peut dire ce que pouvait être l’interprétation à la cour de Louis XIV,  d’une pièce de Shakespeare donnée au Globe ou d’une journée aux Grandes Dionysies d’Athènes. Reste le poème dramatique.
Nous n’avons pas tenté de nous approcher du jeu des acteurs, de la scène et de son esthétique ; nous avons pris le legs de ces quelques feuillets pour une invitation à écouter la respiration qu’anime encore les ombres de ces drames anciens, respiration qui bruisse aussi bien dans le tremblement d’une branche de châtaignier, dans le silence obstiné d’une roche dure ou le parfum jaune et poivré des immortelles.

Adhérez à L'Aria, faites adhérer vos amis, offrez une adhésion...